Pour mieux vous faire partager mes différentes expériences d’hébergements au Japon, j’ai organisé les articles de la catégorie « Un toit au-dessus de la tête » comme suit : 1) une définition du type d’hébergement, 2) les avantages et inconvénients, 3) les organismes et mes retours d’expériences.

Ces articles sont mis à jours selon mon vécu, n’hésitez pas à vérifier les nouveautés !

 

Les Shares Houses

 

107036704_o

 

Définition : Hébergement extrêmement populaire au Japon chez les moins de 30 ans (japonais ET étrangers), le système « Share House » s’apparente à une colocation à plus ou moins grande échelle (de 4 à 15 personnes selon les chambres disponibles, notez qu'à mon sens, s'il y a plus de 15 personnes dans une même maison, cela se transforme en "Auberge de Jeunesse").

 

Avantages :

- des prix abordables (dépend de si vous prenez une chambre individuelle ou un dortoir mais aussi de la localisation de la maison),

- faire de nombreuses rencontres (japonais ET étrangers), les locataires changent relativement souvent et vous voyez ainsi de nouvelles têtes !

- plus convivial qu’un hôtel et moins astreignant qu’une famille d’accueil,

 

Inconvénients :

- la location se fait généralement au mois,

- problèmes relatifs à la vie en collectivité dans un cercle de jeunes adultes Machin qui fait pas son tour de ménage, Bidule qui rentre à 5h du mat’ de sa soirée

 

topimage


BORDERLESS HOUSE

 

11737952_10153357535061893_753244179968295581_n

En plus d’un site clair et permettant une navigation facile, BORDERLESS HOUSE à l’avantage de proposer des Share House occupées à 50% par des étrangers et 50% par des japonais. Cela vous assure de vous retrouver en face à face avec des natifs et pas uniquement avec des Occidentaux !

C’est avec cet organisme que j’ai débuté mon voyage au Japon : il faut tout d’abord choisir parmi les 70 Shares Houses disponibles à Tôkyô (2 à Osaka et 1 à Kyôto) et envoyer une demande de réservation via leur site. Le staff vous contactera par mail pour convenir d’un rendez-vous par skype ou par téléphone (en anglais) afin de s’assurer que vous n’êtes pas un dangereux psychopathe et vous tenir au courant des règles de la Share House (faire à manger soit même, respecter les colloc’, ne pas laisser trainer ses chaussettes partout …). Ils créent ensuite votre papier de réservation puis vous demande un acompte de ¥15000 (environ 120€) ainsi que des frais de management s'élevant à ¥10000 (75€). L'ensemble peut être payé par PayPal ou en cash lors du jour ou l'on vous donne les clés.

Sachez que si vous organisez bien votre séjour, vous pouvez facilement récupérer l'argent de l'accompte et des frais de management ! Pour cela, il vous suffit d'informer le staff de votre date de départ UN MOIS AVANT pour récupérer l'accompte et DEUX MOIS AVANT pour les frais de management !

L’un des gros point fort de BORDERLESS HOUSE, en plus d'avoir une moitié de collocs japonais, est à mon sens l’option « nous vous emmenons d’un point de rendez-vous jusqu’à votre maison ». Parfait pour moi qui, en sortant de l’avion, étais complètement en vrac à cause du décalage horaire. Il m’a suffi de suivre mon guide pour trouver la maison !

Le truc un peu relou est que le guide, ou la personne qui viendra vous faire signer votre contrat, à tendance à s’étaler pendant des heures sur les règles de bonnes conduites en société Oh détend toi ! Je viens de France ! Je sais me tenir enfin ! Prévoyez donc 1h ou deux avant de pouvoir vous installer peinard dans votre nouvelle chambre.

Les prix des chambres de BORDERLESS HOUSE sont très variables selon la localisation de votre maison (une maison à Shinjuku est plus chère qu'à Kita-senjû/ les maisons du Kansai ont un loyer bien moins élevé que celles de Tôkyô/ souhaitez-vous une chambre privée ? A deux ? A trois ? etc ...). Cela va donc de ¥42000 à ¥90000 par mois (internet et lessive compris).

 

Retours d’expériences :

 

KITASENJU HOUSE

(arrondissement d’Adachi, nord de Tôkyô)

J’ai été surprise par les deux facettes de ce quartier : lorsque l’on sort de la grande gare de Kita-Senju, on débouche sur une grande rue très animée avec pleins de boutiques, restaurants etc… marchez dix minutes et l’agitation fait soudain place à une grande tranquillité.

 

296

 Concernant la maison, elle est nichée dans une étroite ruelle piétonne entourée de maisons et appartements de particuliers. On entend très peu les bruits des voitures et aucun bruit des rues commerçantes pourtant pas si éloignées ! Détail étrange : chaque jour à 17h, une sorte d’annonce est passée via les haut-parleurs du quartier pour signaler (en gros) que la nuit tombe et que les enfants sont priés de rentrer chez eux après les cours.

Perso, ça m’a un peu fait pensé au film RRrrrrrr ou un mec passe tous les jours en disant « Ca va être tout noir ! » et que tous les autres lui répondent « TA GUEULE ». Du coup, avec un colloc’ français, on s’est mis à crier « TA GUEULE » tous les jours à 17h =D !

J’ai eu la chance d’être l’unique occupante d’une chambre normalement prévue pour deux pendant les 20 premiers jours de mon séjour. Par la suite, j’ai partagé ma chambre avec une japonaise, Saori avec qui je me suis très bien entendue !

 

186

Soyons honnêtes, la maison n’est pas des plus récente et elle était relativement crade lorsque j’ai débarqué (pas d’organisation dans les tâches ménagères), ça s’est amélioré par la suite car j’ai pris mon balais et je me suis transformée en tornade nettoyeuse ! Hormis Shun, Saori et Moi-Même, les autres colocataires ne nettoyaient pas vraiment les parties communes …

La maison a un système de codes pour ouvrir les portes qui m’a rendue dingue les premiers jours ! Il faut retenir 1) le code de la porte d’entrée, 2) celui de sa chambre. Pour moi qui ai mis 2 ans à apprendre mon numéro de téléphone et 6 mois pour mon code de carte bleu, autant dire que ça été folklo’ !

Au niveau des colloc’, j’ai réussi à faire de très belles rencontres ! Nous nous sommes organisé pas mal de soirées bouffe tous ensemble et j’ai vraiment passé de très bons moments !

Merci à Shun, Moe, Saori, Julien, Jaque et Annya pour les beaux souvenirs qu’ils me laissent !

 

Gif7

 

Hanazono

(Kyôto)

 

566

La Maison :

Située au beau milieu de Kyoto, la Share House d’Hanazono est très pratique pour se rendre dans les endroits les plus célèbres de l’Ancienne Capitale Impériale ! A la fois bien desservie par les trains ET les bus pas simple les transports à Kyôto ! vous pouvez aussi facilement accéder à l’ensemble de la ville avec une bicyclette ! Kyôto a une topographie très plate sauf lorsque vous vous aventurez dans les zones limitrophes ou ça commence à grimper !.

Très souvent, les temps de parcours en bus et à vélo sont les mêmes voir parfois plus rapide en vélo lorsque tu es en mode « Fuck la Police je passe au bonhomme rouge MWAHAHA » : 15 minutes pour le Pavillon d’Or, 20 minutes pour Arashiyama (ouest), 40 minutes pour Higashiyama (Est).

Le quartier d’Hanazono en lui-même est très calme : un café et un bar se battant en duel près de la gare ainsi qu’un resto’ italien toujours désert. Cependant, un bureau de poste, un magasin de location de vélo (Bicyclette Shimizu) et une boutique de produits internationaux (Yamaya) sont relativement proche de la Share House ! Un Konbini et plusieurs magasins d’alimentations traînent aussi dans les alentours !

142

Un important complexe bouddhique voisine la maison : il ressemble à une sorte de petit village de l’ère Edo, cerné par une muraille. Ouvert toute la journée (même le soir !), vous pouvez sillonner les allées pavées et profiter des bâtiments exceptionnels gratuitement !

 

bd95125853004bd034325a8ca0324bab

Concernant la maison en elle-même, sa rénovation date de Novembre 2015. Elle est donc relativement en bonne état ! Pouvant accueillir jusqu’à 11 personnes dans des chambres occidentales OU japonaises (avec tatamis), son gros point fort est son living-room très spacieux : toujours animé par les colocataires qui mangent, glandouillent sur leur ordi ou cherchent simplement à papoter, le living-room est le cœur de la « Hanazono Family » ! merci de noter les décorations au-dessus de la télé qui sont mon œuvre

.

..

364d7bd9a7056125105bf70229eb8de5

Malgré un système de tours de ménage très efficace, cette Share House est parfois victime de sournoises attaques de cafards ! Je ne compte plus le nombre de fois où j’étais tranquille pépère dans ma chambre/mon lit/salon quand soudain un HURLEMENT strident retentit : « GOKIBURIIIIII » (« cafard ») !!! Leurs incursions sont relativement localisées dans la cuisine et dans les chambres ou les propriétaires conservent de la nourriture ou laissent trainer la vaisselle sale !

En plus de ces petites bestioles, il faut compter avec d’autres charmants animaux de compagnies : les corbeaux et les chats qui prennent un malin plaisir à saccager vos sacs poubelles du coup le matin vous voyez sortir la mamie d’en face, qui tout en grimaçant, vous ordonne de « nettoyer vos ordures ! » alors que je sais bien que cette gueuse fout ces poubelles au même endroit que nous >.<

Le staff de Borderless House Kansai est beaucoup plus disponible et attentif à nos demandes que ceux de Tôkyô normal, Tôkyô 75 Shares Houses, le Kansai seulement 3 ! Notez qu’une nouvelle maison ouvrira dans le courant de l’année à Kobe !

.

Les habitants

700-3

Si vous chercher à vous installer à Kyôto, vous devez garder en tête une chose : cette ville est très réputée pour ces universités, ses musées et ses bibliothèque (Capitale Culturelle du Japon oblige !). Les Gaijins qui posent leurs valises ici sont donc en grande majorité venus pour ETUDIER ! Le niveau de Japonais des Gaijins résidant à Kyôto est ainsi bien meilleur que dans le reste du Japon ! Pour l’exemple, malgré une composition de colocataires 65% Gaijins, 35% Japonais, la langue principalement utilisée est le JAPONAIS (alors que dans toutes les autres Share House de Tôkyô, c’est l’anglais !). Mieux vaut donc avoir un bon niveau de compréhension !

01

J’ai passé cinq mois dans la Share House d’Hanazono et ce fut un séjour très agréable : les collocs étaient certes moins délurés qu’à Tôkyô, mais ils étaient beaucoup plus disponibles et présents au quotidien ! Un véritable esprit « familial » s’est installé dès l’ouverture de la maison en Novembre. Première locataire, j’ai vu débarquer de Belgique, du Canada, de Hollande, de France, de Corée et des quatre coins du Japon des personnes exceptionnelles cherchant à échanger avec des cultures étrangères !

Merci à Miko, Patricia, Kumiko, Shiho, Josh, Ines, Fred, Max, Daniel, Bohyan, Takeshi, Pakkun et Mizuki pour ces bons moments tous ensemble =D

 

Gif7