180

 

Aaaah, Kyôto !

.

Une ville splendide qui attire des touristes du Monde entier grâce à son patrimoine culturel impressionnant ! Bon … pas trop en hiver par contre…

Des touristes.

Des touristes perdus au beau milieu de tous ces bridés, ces pancartes et indications en sinogrammes, ces lignes de bus et ces trains sans queues ni têtes, BREF’, perdus dans une culture généralement diamétralement opposée à la leur.

Et si j’en profitais ?

Mais non voyons ! Pas de manière machiavélique ! Ma Grâcieuse Personne se propose pour apporter son aide à ces pauvres touristes en détresse !

Moyennant un petit pécule, bien entendu =D

 

205

.

Vous l’aurez compris, me voici donc officiellement Guide de Kyôto et sa région depuis cette semaine ! Alors que je me continuais à me tourner les pouces en attendant des retours de mes annonces de baby-sitting ou Café de Conversation ou un signe du Resto’, je suis tombée un peu par hasard sur une agence proposant des visites guidées à travers Kyôto pour des clients francophones. Ni une, ni deux, je balance un CV et une lettre de motiv’ à l’adresse mail figurant dans l’onglet « contact » et en moins de deux heures une réponse me parvient pour me donner un entretient via Skype le jour suivant J’AIME lorsque l’on me répond rapidement !.

.

181

Même si les mentions « Master en Histoire de l’Art Japonaise » et « Stage de trois ans au Musée Guimet » ont dû jouer en ma faveur, j’ai obtenu le job avec une facilité déconcertante ! doivent être un peu en rade de Guide sur la région, j’pense. L’entretient a surtout consisté en une énumération du profil des clients (francophones, aisés, cinquantaine, jamais plus de cinq personnes), impératifs (connaitre les lignes de transports, l’histoire des lieux), les programmes de visites (journée de 8h, pause déjeuner, quatre ou cinq lieux) et enfin, la rémunération (¥9000) et les avantages du Guide (transports, visites et déjeuner payés par les clients).

QUE DU BONHEUR !

Balader des compatriotes à travers les plus beaux sites de la ville tout en pouvant enfin utiliser et faire partager mes connaissances historiques durement acquises après cinq longues années à l’université auprès d’oreilles avides de savoir tout en étant PAYEE et nourrie pour le faire ? Moi je dis OUI !

.

222

Bon, il va me falloir attendre un peu car la période touristique ne redémarre qu’en Mars. Mais c’n’est pas plus mal car cela me donne l’occasion de me rendre sur tous les sites figurants au programme et faire des repérages (arrêts de bus/trains, resto’ sympas dans le coin, curiosités …). Certes, le restaurant risque d’avoir aussi besoin de moi lors de cette période, mais à choisir entre servir des clients dans un rythme effréné avec une équipe en sous-effectif le tout chapeauté par un Patron bipolaire dans une cuisine surchauffée OU BIEN me promener à l’air libre à travers Kyôto accompagnée de touristes polis, attentifs et émerveillés à chaque nouveaux lieux et ne pas avoir les 20% de taxes sucrés sur ma paye !, J’HESITE PAS UNE SECONDE DANS MON CHOIX !

Mon entretient pour ce nouveau boulot a eu lieu Lundi et à l’heure qu’il est, j’ai déjà quatre jours de visites de prévu sur Mars et Avril ! Je suis extraordinairement fière de Moi-Même pour avoir dégotté ce boulot qui va me permettre de profiter GRATUITEMENT de Kyôto au moment de la saison des cerisiers japonais ! Moi qui craignais de ne pas pouvoir apprécier pleinement ce moment en étant enfermé en cuisine, ce job de guide est une alternative en or !

.

186

Du coup, pour être la plus professionnelle possible, je me suis replongée dans tous mes cours historiques sur le Japon, ais effectué des recherches spécifiques sur les bâtiments à visiter, épluchés TripAdvisor et les autres sites de voyages pour trouver les meilleurs restaurants et choper les flyers et les plans de l’ensemble du réseau de transport de Kyôto et ses environs.

Dans les programmes de visites fournis par l’Agence, j’ai découvert deux ou trois lieux où je n’avais pas encore posé les pieds. Pour préparer le terrain, ma fin de semaine a été consacré à la (re)visite de plusieurs lieux touristiques de la ville. Même si ces-derniers sont moins beaux que lors de la période des Kôyô arbres à poil et pelouses gadouilleuses, la baisse conséquente du nombre de touriste permet de mieux apprécier certains aspects de la ville, notamment l’architecture.

.

200

En suivant le programme « Higashiyama » de l’Agence, j’ai commencé l’une de mes journée par me rendre au Kiyomizu-dera, premier temple visité lors de mon arrivée à Kyôto, que j’ai de nouveau arpenté SANS DEBOURSER UN YEN parce que je connais « l’entrée des artistes, AHAHA !!! Hop, ¥500 économisés !. Puis j’ai enchainé sur les ruelles Sannen-zaka et Ninen-zaka.

Mais pourquoi diable AUCUN de mes guides sur le Japon ne mentionnent ces deux ruelles ?!

.

Même si elles sont un peu envahies par des boutiques de toutes sortes, elles n’en restent pas moins magnifiques ! Entre des escaliers, des maisons et des rues pavées à la mode du Japon de l’ère Edo (1600-1858), j’en suis restée bouche bée ! Moi qui cherchais depuis mon arrivée dans ce pays un petit coin ou l’atmosphère « Ville Impériale » était conservée … VOILA qui a fait mon bonheur ! Bon certes, la boutique Hello Kitty et le resto’ Italien font un peu tache mais il n’en reste pas moins que ces deux ruelles sont vraiment très agréable à visiter hystérie passagère devant la boutique officielle Ghibli

.

221

En continuant au-delà de ces ruelles, en direction du parc Maruyama, j’ai déambulé dans une grande allée pavé et, sur le chemin, une toute petite ruelle m’a interpellée : Ishibei-Kôji. Assez étroite et déserte, la curiosité m’a poussée à m’y aventurer.

J’y ai découvert la plus belle rue de Kyôto.

Lorsque vous y déambulé, vous avez tout simplement l’impression d’évoluer dans un autre espace-temps ! La ruelle aux pavés recouverts de mousse est bordée par tout un tas de maisons et ryôkan (hôtels traditionnels et hors de prix japonais), si vous levez la tête, vous n’apercevez aucun immeuble et très peu de lignes téléphoniques. Les sons de la ville sont étouffés. Une véritable plongée dans le Japon antique ! Si vous avez comme moi la chance de voir cette rue déserte, vous vous attendez presque à croiser à chaque carrefour un samouraï ou une geisha ! J’espère pourvoir y retourner la visiter de nuit, l’atmosphère doit être envoutante !

En parlant de visites nocturnes à Kyôto, celle-ci pourrait être titrées « A la découverte des extraordinaires bars de Kyôto ! ». C’est devenu un rituel : chaque vendredi, on s’aventure avec deux/trois collocs dans la Kawaramachi-dori pour tester dans un premier temps un ptit resto’ Jap’ fin’ pour l’moment on test surtout la catégorie « fast-food-japonais », genre Kara-zushi, Bikuri-donki, Suki-ya et d’autres trucs cheap ! On débute par le bas de l’échelle pour s’élever ensuite au fur et à mesure =D. Après le resto’, on retrouve souvent des amis de Kyôto (pleins de nationalités), on s’baladent un peu le nez au vent en scrutant les lieux improbables de cette rue s’étalant sur 1,5km.

3cfe9f1b8e3386c80b25f8582d0e7471

« Hey les copains, regarder ce tout ptit couloir ! »

« Whaaa … En France, on appellerait ça un « Coupe-Gorge » … Mais on est au Japon ! =D Donc rien à craindre ! »

« On y va ? »

 « OUAIS !!! »

A tout ceux qui répandent la rumeur comme quoi « A Kyôto, on s’ennuie. », je m’insurge et déclame haut et fort que C’EST FAUX !

Avez-vous tenté de vous aventurer dans le sous-sol du Rub-a-Dub, bar jamaïcain ou se retrouvent tous les fans de reggae ? Poussé la porte en bois massive du Agave pour déguster les meilleures margarithas de la Planète ? Eu les tripes marcher dans le couloir flippant menant jusqu’à l’antre D’Ishimaru ou l’ambiance vous fait perdre le compte de bière que vous descendez ? Et enfin, avez-vous eu l’audace de grimper l’escalier menant à l’Escamoteur pour y déguster avec appréhension et inquiétude leurs incroyables cocktails du XIXème siècle ?

Ajoutons à cela les nombreux clubs, boites de nuit et karaoke qui bordent ces lieux et je vous le re-dis : à Kyôto, on sait très bien s’amuser ! et on le fait avec classe ;D

236

 

La semaine prochaine : LE SALON DU CHOCOLAT A KYOTO

hystérie indescriptible : vous n’avez pas idée du goût et du prix du chocolat au Japon … J’espère que ce salon est vraiment dans la même veine que celui de Paris ! J’VEUX DEGUSTER ET ACHETER DU VRAI CHOCOLAT !!!

Whouhou ! Anniversaire : fin de ma 20ème semaine au Japon !!!!!

N'oubliez pas d'aller jeter un coup d'oeil au Flickr pour les photos de la semaine ;D