900

Retour sur les routes et les rails ce mois-ci ! Après cinq mois dans le Kansai, il s’agissait de repartir à l’aventure, un sac sur le dos ou plutôt deux valises et trois sacs de cabine portés à bout de bras vers de nouveaux horizons en compagnie de ma Mère Bien-Aimée <3

 

894

Après sept mois de voyage en solitaire malgré de nombreuses rencontres exceptionnelles, retrouver un proche et partager ensemble cette belle aventure donne une nouvelle saveur au quotidien ! Voyager seul est une expérience merveilleuse, LA LIBERTE ! Mais au-delà de trois mois cela devient pesant. Raconter et partager son voyage avec ses proches et amis via Skype, des photos ou des conversations avec sept à huit heures de voyage n’a pas du tout la même impacte que de la « vivre » ! Il y a certaines choses qui, dans mon cas, ne peuvent être partagées qu’avec les personnes qui m’ont vu grandir ou ont participé à faire de moi ce que je suis aujourd’hui !

Même si elle a amenée avec elle des nouvelles pas toujours funs de France genre le fait que mon frangin de 19 ans sache toujours pas comment préparer un œuf au plat …, je me suis rendue compte que j’avais vraiment envie de rentrer en France.

 

914

Oui c’est vrai, je suis au Japon, j’ai une chance incroyable, je suis libre, je vis des trucs incroyables, « j’vois pas d’quoi tu t’plains ! » phrase que l’on sort à chaque fois aux Expat’s qui ont le mal du pays », que la France en ce moment c’est pas super marrant, etc …

Mais je le redis : j’ai envie de rentrer.

.

 

895

Après huit mois au Japon, on perd beaucoup de « l’émerveillement » qui saisit aux premiers mois du voyage : cette période durant environ trois mois, c’est pourquoi les touristes qui viennent et reviennent chaque année deux semaines par an conservent cette « émerveillement ». Vient ensuite la période d’adaptation. Le PvTiste, étudiant ou Visa travail entre dans un quotidien plus banal même si beaucoup font de leur mieux pour continuer des petits voyages ou excursion pour ne pas tomber dans l’ennui.

 

896

Durant cette dernière période, je me suis habituée à beaucoup de choses : toilettes chauffantes, attendre que le ptit bonhomme soit vert avant de traverser, pouvoir m’habiller comme je veux sans me faire traiter de pute, manger des tonnes d’anko etc … et d’autres choses qui ne me dérangeaient pas au début commence sérieusement à me courir sur le haricot : l’absence total de second degré ou d’ironie dans les conversations, ne trouver que des fromages, des viandes et vins indignes de porter leur appellations, ne pas pouvoir être vraiment « qui l’ont est » avec les japonais (même en étant bilingue y’aura ce truc qui fait que tu ne pourras jamais avoir un fou-rire-de-la-mort-qui-tue avec une personne japonaise …), le fait qu’une écrasante majorité de Gaijins résidant au Japon se foutent littéralement de la culture japonaise ET des japonais, passant leur vie entre Gaijins sans jamais poser les yeux sur les merveilles qui les entourent, etc …

Bref’, ça commence à me souper et j’ai besoin d’aller me ressourcer dans ma campagne Picarde autour d’un feu de camps près de l’Oise, de guitare et ukulélé sous le clair de lune et de soirées fou-rire avec mes amis français irremplaçables.

Note à NihonKara : chelou, on a le ressentit inverse apparemment !

 

a65c3dd22dff5b46dcde8f56b3f594ce

La majorité des voyageurs n’avoueront jamais qu’ils se sont fait chier ou ont eu envie de rentrer à un moment ou à un autre parce que ça s’fait pas d’raler quand on a une chance comme ça et gnagnagna et gnagnagna et que beaucoup considère cela comme un échec voir quelque chose de honteux. Mais lorsque l’on voyage, en particulier seul, sur une si longue période, on « s’use ». Car oui, c’est usant de ne pas avoir de véritable endroit « intime » ou rentrer même si les share house et tout ça c’est bien sympa, d’avoir à prévoir ou l’on sera le mois prochain, refaire sa valise, défaire sa valise, la re-refaire, devoir souhaiter un « Bon anniversaire » à tes meilleurs amis par message Facebook ou par cartes postales sans pouvoir les serrer dans tes bras. Le sentiment d’émerveillement passe et fait place à une sorte d’attitude « blasée ». Comme j’ai horreur d’être ainsi et que la très juste phrase de l’auteur BEN « Etonnez-vous » est mon fer de lance, je sais qu’il est temps pour moi de rentrer !

Je pense m’étaler plus sur ce en quoi consiste vraiment « la vie à la japonaise au Japon en tant qu’étranger » lors de mon Rapport Final : y expliquer la différence entre voyage/faire du tourisme et s’installer sur la durée.

 

997

Mais que les personnes sur le point de partir ne prennent pas peur : c’est une aventure merveilleuse à ne pas manquer ! Après huit mois j’ai simplement le sentiment d’avoir fait le tour de bien des aspects de la culture japonaise, rencontré des personnes d’horizons, pensées et personnalités extrêmement différents, expérimenté tout ce qui m’était offert. C’est donc avec un sentiment d’accomplissement que j’entame mes dernières semaines dans l’archipel pour profiter une dernière fois des joies et petits bonheurs que peut m’offrir ce beau pays qu’est le Japon !

 

980

Sinon pour en revenir au Rapport plus terre-à-terre, le road-trip allant de Kyôto, passant par le Koya-san #moines et prières à six heure du mat’, Himeji #pluie diluvienne jusqu’à Kyûshû #Gaijin=extraterrestre, stage de danse et boulot de traductrice fut exceptionnel ! J’ai appris à détester le Shinkansen avec ses accélérations/décélérations qui m’ont amené aux portes de l’Enfer, vu des glycines en folies et décidé de me teindre les cheveux en violet nan j’déconne Mamé, respires !, remarqué que l’architecture de Kyûshû s’inspirait fortement des costumes des Powers Rangers, que même si l’estomac de porc c’est la spécialité de la région, c’est DEGEULASSE, mais que l’anko blanc c’est divinement bon ! Crochet sur le Mont Fuji et trempettes dans les sources chaudes merveilleuses de la Préfecture de Kanagawa ! Bref’ plein d’nouvelles expériences plus ou moins utiles mais qui font ma joie !

 

1045

Je suis particulièrement fière et heureuse d’avoir eu le courage de retenter un nouveau wwoofing durant les deux dernières semaines ! Celui-ci s’est très bien passé et j’ai vraiment adoré mon hôtesse et les deux wwoofeuses que j’y ai rencontrées ! En plus de m’avoir permis de faire pleins d’économies pour mes dernières semaines, j’ai pu profiter de l’ambiance « country-side » « colonie-de-vacances » avant de retourner vers la Mégalopole Tôkyôïte !

.

¥ BUDEGET DU MOIS ¥

Suite au véto prononcé par Madame Ma Mère sur le détail d’un budget de voyage en mode « fuck la banque » « J’veux pas avoir de compte à rendre sur mes dépenses en rentrant ! Notre budget restera classé Top Secret ! », vous n’aurez malheureusement qu’un résumé de MON BUDGET personnel, relativement peu élevé grâce à la participation de ma Mère et au deux semaines de Wwoofing ! Le budget « hébergement » provient de la Guest House dans laquelle je viens tout juste de poser mes valises !

Même si le budget consacré au transport est très élevé pour cause de road-trip, il aurait normalement dû être ENCORE PLUS élevé. Mais grâce à la venue de Madame Ma Mère, j’ai pu accéder au Graal : le JR Pass ! Qu’importe qu’il ne soit pas à mon nom ! Je l’ai utilisé jusqu’à la fin de sa période et même plus ! Voilà maintenant une bonne semaine que je truande sans vergogne malgré son arrêt de validité en début de semaine dernière ou comment économiser plus de ¥20000 en transport

____________________________________

Hébergement (Guest House) :  ¥40000

Courses :   ¥6634

Transport (Merci Shinkansen …) :  ¥53580

Cadeaux :   ¥9916

Loisirs (resto’, bars, izakaya, visites …) :  ¥8200

TOTAL : ¥118330 => 957€

____________________________________

.