006

 

Ayant vécu durant cinq mois dans la ville connue comme étant le « Q.G des Geisha », j’ai pu apercevoir pas mal de visages encore plus fardés de blanc que Robert Pattinson dans Twilight ! C’est toujours une chance et un moment merveilleux que de croiser une véritable Geisha au détour d’un coin de rue : elle avance à petits pas pressés, son sac collé contre son obi et ses ornements de cheveux faisant « glingling » à chacun de ses mouvements.

Mais si vous souhaitez voir une Geisha dans toute sa splendeur, je vous conseille d’assister à l’un de leurs spectacles !

Rappelons que le terme « Geisha » signifie « artiste ». Pour les admirer exercer leurs « arts » (la danse, le chant, le shamisen etc …), plusieurs spectacles se déroulent tout au long de l’année à Kyoto. Ils célèbrent le passage des saisons (décors en fleurs de pruniers, cerisiers, glycine si vous êtes allergique aux couleurs guimauve, préparer votre sac pour vomir), exaltent les sentiments passionnels (amour, haine etc …) et vous plongent dans un univers d’un autre temps !

 

007

 

Voici une sélection des spectacles les plus renommés :

 

Gion Odori :

 du 1er au 10 Novembre, à 13h et 16h chaque jour, ¥3500 ou ¥4000 avec la cérémonie du thé.

 

001

La particularité de ces danses misent en place en 1953 réside dans le fait qu’elles mettent en scène des thèmes « originaux » qui se renouvèlent chaque années : ornements des cheveux à travers les saisons, chemins pavés, etc … On les dit aussi plus épurées et silencieuses que les autres performances chorégraphiques de Kyoto. D’après les témoignages que j’ai pu recueillir des spectateurs y assistant chaque année, « ces danses automnales réchauffent le cœur et surprennent tous les ans : on ne sait jamais si cette année l’on va rire, passer une heure à pleurer avec la danseuse ou contempler bouche bée la déesse de la danse elle-même ».

notez que cette personne m’a parlé pendant 20 minutes de l’adresse avec laquelle les Maiko et Geiko manient l’éventail et, qu’une année, elles ont toutes jeté ces derniers dans le public pour leur faire plaisir « J’ai eu un bleu à l’arcade pendant deux jours mais j’étais ravi, j’avais mon éventail des Gion Odori ! ».

 

Kyo Odori :

 

002

Les deux premières semaines d’Avril, entre ¥2000 et ¥4500.

Les premières représentations des Kyo Odori eurent lieu en 1950 et se déroulent à peu près en même temps que les Miyako Odori (beaucoup de japonais semblent penser que cela à permit de désengorger ces dernières devenues si populaires « qu’une souris ne pouvait plus se glisser dans la salle »). Les Kyo Odori mêlent à la fois danses et scènes de théâtre de style Kabuki.

 

Miyako Odori :

 du 1er au 30 Avril, quatre fois par jour (12h30, 14h, 15h30, 16h50), entre ¥2500 et ¥4800.

 

003

Les « Danses de l’Ancienne Capitale » ou « Danses du Printemps » trouvent leur origine dans les années 1872. Alors que l’Empereur déménage sa Cour et l’ensemble du nouveau gouvernement vers Tokyo, la ville de Kyoto se retrouve vidée de ses aristocrates et autres personnages importants. Afin de les attirer de nouveau et relever l’économie de l’Ancienne Capitale, des spectacles raffinés sont mis sur pieds.

Le Miyako Odori est sans aucun doute le plus célèbre et populaire d’entre eux ! Même si quelques Geiko (Geisha confirmées) sont présentes sur scène, cette représentation mets surtout en avant les Maiko (apprenties Geisha). Les tenues des Maiko se doivent de représenter la candeur et la jeunesse de ces apprenties ayant encore « un pied dans l’enfance ». C’est entre autre pourquoi les kimonos des Maiko sont visuellement plus époustouflants que ceux de leur aînées.

Imaginez maintenant une soixantaine de Maiko parées de leurs plus beaux vêtements se succédant sur scène et vous comprendrez pourquoi ce spectacle est le plus renommé de Kyoto !

 

Kamogawa Odori :

 

004

du 1er au 24 Mai, trois représentations l’après-midi par jour, entre ¥2000 et ¥4500.

Les « Danses de la rivière Kamo » ont débuté en 1872 lors de la grande exposition de Kyoto. Elles se déroulent dans un théâtre du Ponto-cho (rive gauche) et se déroulent en deux temps : la première danse est issue du théâtre de style Kabuki (forme épique du théâtre japonais dont le jeu d’acteur est extrêmement codifié) et la seconde est de type Kyomai (danse de Kyoto).

 

Attention,

Ce que l’on nomme le « Gion Corner » ne peut pas être considéré comme appartenant à un spectacle de danse à proprement parlé : il s’agit d’une présentation des « arts traditionnels japonais ». En une heure, vous voyez ainsi se succéder (ou se superposer) des pratique telle que l’Ikebana (arrangement florale), la Cérémonie du Thé, des joueuses de Koto (harpe japonaise), du Gagaku (théâtre masqué), du Kyogen (comédie burlesque), de Bunraku (théâtre de marionnettes) et enfin du Kyomai (danse de Kyotô).

 

005

 

Pour avoir assisté à cette représentation, j’avoue avoir été déçue. Ce spectacle est clairement à destination des Gaijins : on nous sert un petit extrait « d’un peu de tout » et au final, j’en suis ressortie avec l’impression de ne rien avoir vuNotez que ce ressentit provient peut être du fait que j’ai étudié pendant trois années chacun de ces arts à la fac et que les voir en 10 minutes top chrono m’a fait mauvaise effet. Cependant, ma Mère qui était avec moi au même moment semblait elle aussi frustrée.

L’avantage de cette représentation, c’est qu’elle est ouverte chaque jour de la semaine à 18h et 19h. Attention à la période allant du 1er décembre à la troisième semaine de Mars ou elle n’est à l’affiche que les vendredis, samedis et jours fériés.

 

BONUS !

La danse magnifique de Sayuri, tiré du film "Geisha"

"Mais c'est d'la danse contemporaine" que m'dit ma Mère !

Memoirs of Geisha ~Snow Dance (HD)

.